“L’oeil d’OrAne”, un livre à découvrir absolument ! avec Autisme Pyrénées

“L’oeil d’OrAne”, un livre à découvrir absolument !
Edition Florence Cortès
Collection “La patte de l’Autre” dirigée par Lola Laupénie
Impression et confection de couverture Christophe Lahondès
Partenariat Autisme Pyrénées
Postface : Anne Billard
Cabinet VOX SCRIBA ” Du simple conseil à la rédaction “
Pour toute commande : https://www.voxscriba.com/Commande-L-Oeil-d-orAne.html

LADEPECHE.fr Publié le 10/07/2019 à 08:10
Culture et loisirs, Tarbes, Hautes-Pyrénées

Rencontre avec une artiste tarbaise

Orane est une jeune artiste tarbaise, admise au musée d’Art brut de Lausanne. Elle peint des tableaux, mais seulement. Elle customise des baskets, mais aussi des vêtements.

C’est une jeune femme épanouie, bien dans sa vie et son travail d’entrepreneur en espaces verts… et dans ses baskets. Des baskets que de nombreuses personnes lui envient, tant elles sont personnalisées. Car Orane est aussi une artiste reconnue, admise au musée d’Art brut de Lausanne. Elle a profité de son talent pour améliorer ses chaussures.

Pourtant, ce n’était pas gagné. Petite, elle aimait mieux la solitude et les animaux, n’avait pas de motricité fine (très drôle quand on regarde son travail maintenant) et préférait son monde au nôtre. De quoi avoir une orientation IME. À 16 ans, elle découvre le théâtre. Une découverte qui va aussi être une ouverture : à la parole, aux autres, à l’art aussi. Et à 21 ans, elle commence à dessiner. Des dessins déjà tout prêts dans sa tête, et qu’elle couche sur le papier. Le dessin débute toujours par les yeux, le reste suit. Et les détails, pour ne rien laisser de blanc dans la page, complètent l’œuvre. C’est l’actualité ou sa famille qui sont à l’origine de la création, avec très souvent le support d’une photo. La musique accompagne l’artiste dans son travail. Une musique qui l’inspire aussi. Mais Orane ne se contente pas du papier : elle a aussi dessiné sur un pantalon, des sacs et, bien sûr, ses tennis blanches. D’ailleurs, elle serait partante si on lui proposait de reproduire ses œuvres sur différents supports. Sa préférence irait aux tasses, aux sacs ou aux chaussures, plutôt des baskets. Mais elle étudiera toutes les propositions.

Pour réaliser chaque tableau, elle met son cœur «dedans», son temps aussi. C’est pourquoi elle y est très attachée et a du mal à vendre. Elle regrette de ne pas connaître les acheteurs qui ont acheté ses premières œuvres, parties à Turin, Paris et New York, de ne pas avoir pu échanger avec eux avant de leur offrir son travail. «Deux visages, à peine parti et déjà vendu», par exemple, elle n’a pas eu le temps de s’y faire. Du coup, elle ne vend plus. Alors pour partager quand même, elle a fait un livre : «L’Œil d’Orane», paru aux publications Vox Scriba, dans la collection «La patte de l’autre», où elle rejoint Julien Auclair et Astrid Sarie.

Retrouver Orane
Exposition cet été, à Arreau, à la librairie Le Vagabond immobile, jusqu’à fin août.

Elle participe également au Festival d’Aurillac avec le collectif Rue barrée, du 21 au 24 août. Son entreprise : Coquelicot, tél. 05.62.34.00.68.

Anne Billard

Orane bien dans ses baskets et dans sa vie, elle travaille actuellement à son compte en espaces verts./Photo Anne Billard