Autisme Pyrénées crée un programme d’inclusion

Insertion : Autisme Pyrénées crée un programme d’inclusion par société coopérative d’intérêt collectif

Le programme Happy développe en un même lieu un habitat inclusif et une plateforme d’accompagnement personnel et professionnel pour les personnes autistes. Autisme Pyrénées va essaimer ce dispositif sur plusieurs communes des Hautes-Pyrénées.
Créé en 2017 par des parents d’enfants autistes et des professionnels, l’association Autisme Pyrénées a fait de l’inclusion le fer de lance de son action. Elle développe dans ce cadre le programme Happy, pour habitat Autisme Pyrénées, qui devrait être opérationnel en 2021. L’association, adhérente à Sésame Autisme, a d’ores et déjà constitué l’ossature de ces logements inclusifs d’un nouveau genre qui proposeront en un même lieu un accompagnement, de la formation, des soins et de la rééducation, des activités artistiques, un groupe d’entraide mutuelle (Gem) et une ouverture sur la cité. Construit sur un modèle économique, qui veut s’exonérer des carcans sanitaires et médico-sociaux, le dispositif ne sera pas réservé aux autistes de haut niveau.
“On est parti des besoins des jeunes et on a cherché comment construire l’outil qui permettrait de les rendre le plus autonome possible tout en développant leurs talents”, explique à Hospimedia Thierry Saint-Orens, vice-président d’Autisme Pyrénées. “Au départ on voulait juste construire une maison pour mutualiser des services pour 4 à 5 familles mais au fil du temps et en travaillant avec les jeunes, verbaux et non verbaux, on s’est rapidement rendu compte qu’il fallait un volet accompagnement des potentialités. Pour certains cela passera par un accompagnement vers l’emploi mais pour d’autres il s’agira de les aider à épanouir leur créativité artistique, pour d’autres encore cela peut passer dans l’investissement dans des activités bénévoles.
” Une société coopérative d’intérêt collectif “
L’autodétermination et l’accompagnement restent les maîtres mots de cette association qui revendique une expertise d’usage et accompagne une quarantaine d’autistes sur le département avec des thérapies comportementales et dans des activités de loisirs. Pour monter ce projet “hors normes”, Autisme Pyrénées a constitué une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) qui lui permet de mixer fonds publics et privés et de faire travailler salariés actionnaires et professionnels libéraux. Pour trouver les lieux d’implantation de ses petites résidences d’une vingtaine d’appartements chacune, elle s’est adressée aux mairies. Sept communes des Hautes-Pyrénées ont déjà répondu positivement.
Les projets architecturaux sont finalisés à Bertren (Hautes-Pyrénées), où l’association va redonner vie à l’ancien Ehpad, et à Lannemezan (Hautes-Pyrénées) dans les locaux d’un ancien restaurant. Agréé centre de formation, le dispositif Happy pourra accueillir des jeunes à partir de 16 ans. Un programme spécifique de social et job coaching sera conçu avec la société Auticonsult qui a déjà un partenariat avec Autisme Pyrénées sur l’accompagnement à l’emploi. Côté habitat, les appartements proposés seront des T2 de 50 m et une présence sera assurée 24h/24, financée par la mutualisation des prestations de compensation du handicap (PCH).
Les maisons comprendront également des logements dédiés au répit des familles ou à l’accueil de parents éloignés, des locaux communs qui accueilleront les activités de formation, de coaching et un Gem. S’y ajouteront un fab lab et des espaces de consultation et de rééducation où interviendront des professionnels libéraux : éducateurs, psychologues, orthophonistes, psychomotriciens, kinésithérapeutes, médecins, infirmiers, aide-soignants, musicothérapeutes, diététiciens…
À Bertren, le projet prévoit le développement d’une zone de maraîchage et de serres chauffées. Les deux premiers projets intègrent une salle de sport, une petite piscine et un spa. L’association lancera une levée de fonds à l’automne. “Notre objectif c’est de réussir à trouver des financements qui éviteront un reste à charge pour les familles”, précise Thierry Saint-Orens. Il espère débuter les travaux en 2020 pour pouvoir ouvrir au premier trimestre 2021.
Téléchargé depuis l’espace abonnés http://abonnes.hospimedia.fr
Emmanuelle DELEPLACE pour HOSPIMEDIA

Des logements pour les jeunes autistes

Des logements pour les jeunes autistes

La Semaine des Pyrenees
Lannemezan
28 Mars 2019
Christophe Ruiz

L’association Autisme Pyrénées a présenté son projet d’habitats partagés pour les jeunes adultes autistes qui va voir le jour dans l’ancien EHPAD.

L’Association Autisme Pyrénées, qui a vu le jour dans les Hautes-Pyrénées il y a deux ans, présidée par Carole et Thierry Saint-Orens, a pour objectif, la création de structures permettant un « habitat partagé inclusif » pour les jeunes adultes autistes. Depuis deux ans, l’association s’est structurée, développant de nombreuses activités qui permettent à des personnes porteuses d’autisme et à leurs familles de se retrouver, d’échanger et de partager des moments de découvertes ou d’apprentissages, parfois « seulement » de loisirs. Elle n’en a pas pour autant perdu de vue son projet Hapy (Habitat Autisme Pyrénées).

RÉHABILITER L’ANCIEN EHPAD

La commune de Bertren, elle, cherchait une destination « cohérente » pour son ancien EHPAD, baptisé « Noélie Sécail ». Un bâtiment en parfait état et qui n’avait plus d’usage, appartenant aux Hôpitaux de Bagnères de Luchon. Grâce à l’intermédiaire de Jean-Bernard Sempastous, député des Hautes Pyrénées, et du Conseil Départemental, le projet se met en place. Une réunion s’est tenue à Bertren, en présence de Thierry Gonsalez, maire de la commune, et des différents protagonistes. « C’est un projet central pour l’accompagnement des personnes autistes, c’est novateur et cela trouve totalement sa place sur un territoire qui a une histoire sociale, solidaire. Ce projet engendre un très gros investissement associatif, et il est soutenu au niveau national par les associations qui travaillent autour de l’autisme. Il faut le soutien de l’Etat pour que ce projet soit bien accompagné. Le calendrier fixé prévoit une ouverture pour 2021 », explique Laurent Lages, conseiller départemental.

UN VRAI LOGEMENT INDIVIDUEL

« Il s’agit de proposer une vingtaine d’appartements inclusifs, pour accueillir de jeunes adultes autistes en totale autonomie, mais avec un accompagnement possible 24H/24 s’il est souhaité. Cette structure doit être une passerelle pour les jeunes adultes autistes, afin de les rendre les plus autonomes possibles. Nous serons là pour les accompagner, découvrir leurs talents, leur compétences et les aider ainsi à en faire un métier, où les accompagner dans des actions de bénévolat. Le but est également que les autistes s’entraident entre eux pour sortir des structures d’accompagnement », explique Carole Saint-Orens.

A Lannemezan
A noter qu’un autre projet de structure d’habitats partagés doit voir le jour à Lannemezan prochainement.

Carole Saint-Orens, présidente d’Autisme Pyrénées, compte beaucoup sur le projet Hapy.

Forum autisme : un pas important sur l’inclusion

Le 2e forum organisé par l’association Autisme Pyrénées a fait une nouvelle fois de Lannemezan un centre événementiel important sur l’autisme

LADEPECHE.fr
Publié le 07/04/2019 à 03:57

Forum autisme : un pas important sur l’inclusion

Le 2e forum organisé par l’association Autisme Pyrénées a fait une nouvelle fois de Lannemezan un centre événementiel important sur l’autisme pour ses soins et son accompagnement inclusif professionnel et au niveau de l’habitat.

Venus de tout le pays, c’est fort nombreux que les participants ont assisté, le samedi 30 mars dernier, à la salle des fêtes de Lannemezan, au 2e forum sur l’autisme organisé, avec le soutien de la mairie de Lannemezan, par l’association Autisme Pyrénées. L’ouverture fut faite par Carole Saint-Orens, la présidente de l’association, en présence de son parrain, Thierry Dusautoir ; des autorités et des spécialistes des Troubles des spectres de l’autisme (TSA).
Les débats ont commencé par la conférence du docteur Éric Lemonnier, pédopsychiatre expert de la région du Limousin, un fidèle depuis le 1er forum. Dans ce premier volet, il a abordé le point du «diagnostic» de l’autisme ! Qui ne se définit pas par une seule altération mais par une association de plusieurs (au moins trois) ; leur prise en compte doit être globale et non différenciée. Les signes s’évaluent selon un tableau de critères : altérations qualitatives des relations sociales réciproques ; altérations qualitatives dans la communication ; idiosyncrasie personnelle (mots ou phrases inadaptés par rapport à la situation) ; intérêt restreint ; tension hypo ou hypersensorielle. Seulement 20 % des cas peuvent être associés à un retard mental. Des conseils utiles pour l’entourage : utiliser un langage simple et direct, transmettre l’exigence et veiller au temps de récupération ou d’adaptation à la situation.
Après des échanges et expériences thérapeutiques instructives, l’après-midi a permis de découvrir des nouveautés telles que l’association Gallianne, qui dresse des chiens pour autistes (apaisement) ; l’intelligence artificielle avec le petit robot humanoïde NAO, de la start-up I2Form, et la récréation avec Josef Schovanec, phénoménal et brillant d’humour et d’intelligence, qui détricote les faux-semblants et nous réconcilie avec le bonheur de la vie, même pour les autistes.
.
Contact : association Autisme Pyrénées, tél. 06.70.33.21.34 / 07.50.94.30.37.

Jean-Claude Du Pont

https://www.ladepeche.fr/…/forum-autisme-un-pas-important-s…

Le docteur Lemonnier ; Thierry Dusautoir, parrain de l’association Autisme Pyrénées ; Carole Saint-Orens, présidente d’Autisme Pyrénées, et Christine Meignien, présidente de Sésame Autisme./ Photo Roger Reulet.

Bientôt des étoiles pour les jeunes d’Autisme Pyrénées

Pour la deuxième année, l’association Autisme Pyrénées a proposé à ses jeunes et à leur fratrie de venir skier à Station de Peyragudes.

LADEPECHE.fr
Publié le 05/04/2019 à 04:02 , mis à jour à 07:57

Bientôt des étoiles pour les jeunes d’Autisme Pyrénées

Pour la deuxième année, l’association Autisme Pyrénées a proposé à ses jeunes et à leur fratrie de venir skier à Station de Peyragudes. En collaboration avec le Ski Club Condomois, la Station de Peyragudes, l’ESF Peyresourde, l’association des commerçants et les magasins Sarrat Sport, cette opération a permis à 6 jeunes autistes, Lucy, Milo, Théo, Julien, Florent et Alexis, de progresser sur les pistes. Une réussite pour Stéphane Nemont, président du Ski-Club, puisque deux jeunes ont rejoint cette année les débutants de son association. L’un d’entre eux devrait même changer de groupe l’an prochain… et passer pourquoi pas sa première étoile. Mais pour Céline, la maman de Julien, la plus belle victoire n’est pas là : «Il y a deux ans, on nous avait dit que le ski, ça n’était pas pour Julien. Et maintenant, on peut skier en famille une journée tous les 4, et ça, c’est tout simplement magique». Car c’est bien de la magie qu’ont dans les yeux les parents de ces petits sportifs. La fierté aussi qu’ils aient vaincu le test du magasin et les essayages divers de chaussures et autre casque, la main des moniteurs dans la leur, eux qui parfois n’acceptent pas le contact, la descente et la pente, les bruits des enfants et des remontées mécaniques, la foule. Pour les jeunes, c’est parfois la déception : ils ont tout donné et ont obtenu la même récompense que l’an dernier. Faux bien sûr puisque les progrès sont évidents et que demain, ils pourront sans doute glisser seuls sur les skis comme Julien.

Mais c’est avant tout une vraie expérience de partage et d’intégration. Que tous, parents comme enfants, vivent tout naturellement comme le résume la maman d’un enfant du Ski-Club condomois : «On en avait parlé à notre fils en début de saison. En fait, il n’a pas vu la différence, ils sont tous pareils… avec chacun leur difficulté».

Autisme Pyrénées : http ://autisme-pyrenees.com
Contact : 06.70.33.21.34.

https://www.ladepeche.fr/…/bientot-des-etoiles-pour-les-jeu…

Parents et enfants entourent Stéphane Nemont, président du Ski-Club condomois.